Site hosted by Angelfire.com: Build your free website today!
TOTORIINA TOTO RIINA
Accueil Histoire Image Video



Page d'accueil

Toto riina

Salvatore Riina (né le 16 novembre 1930), également connu sous le nom de Totò Riina et surnommé Totò u curtu, est un des membres les plus influents de la Mafia sicilienne.

Il a été surnommé la Bête, ou parfois le Petit à cause de sa petite taille, bien que personne n'ait jamais osé l'appeler par l'un de ses surnoms devant lui.

Durant sa carrière dans le crime il a personnellement tué environ quarante personnes et est soupçonné d'avoir commandité les meurtres d'un peu plus de mille personnes.
Pendant les années 1980 et le début des années 1990, Riina et sa famille de Mafia, les Corleonesi, ont mené une impitoyable campagne de violence contre les truands rivaux et l'État avec l'assassinat de deux juges.

Cette terreur répandue dans la population par la Mafia a engendré des actions majeures des autorités, entraînant la capture et l'emprisonnement de Riina et de plusieurs de ses associés. Il a été capturé en 1993, et est en prison depuis.




Montée en puissance

Né en 1930, Riina monte progressivement dans la hiérarchie des Corleone et rejoint la Mafia locale, les Corleonesi, à l'âge de dix-huit ans après avoir commis un meurtre en leur nom.

L'année suivante il est arrêté après le meurtre d'un homme pendant une dispute.

Il sera ensuite condamné à six ans de prison pour homicide involontaire.
Le parrain des Corleonesi était alors Michele Navarra jusqu'en 1958 lorsqu'il il fut tué sur les ordres de Luciano Liggio, un mafioso de 33 ans devenu par la suite le nouveau boss. En même temps que Totò Riina et Bernardo Provenzano, Liggio commença à accroître la puissance des Corleonesi.
Les Corleonesi n'étaient pas un élément important de la Mafia sicilienne dans les années 1950, sans aucune comparaison avec les principales basées dans la préfecture, Palerme.

Sous-estimant les truands de Corleone, les patrons de Palerme se sont souvent référés aux Corleonesi comme « les paysans ».

Au début des années 1960, Liggio, Riina et Provenzano, qui avaient passé les dernières années en chassant et tuant des douzaines d'hommes de Navarra encore vivants, furent obligés de se cacher, de nombreux mandats d'arrêt ayant été lancés à leur encontre.
Toto Riina et Luciano Liggio furent arrêtés et jugés en 1969 pour des meurtres commis au début de la décennie.
Ces derniers furent acquittés grâce à l'intimidation des jurés et des témoins.

Riina se cacha plus tard cette même année après avoir été accusé d'un autre meurtre. Il devait rester un fugitif durant les vingt-trois années suivantes.

En 1974 Luciano Liggio est arrêté et emprisonné pour le meurtre de Michele Navarra seize années plus tôt.
Bien que Liggio ait maintenu une certaine influence derrière les barreaux, Toto Riina était maintenant la tête pensante des Corleonesi.

Pendant les années 1970 la Sicile devint un lieu important dans le commerce international d'héroïne, particulièrement dans la synthèse et l'exportation de narcotiques. Les bénéfices de l'héroïne étaient importants, et dépassèrent ceux des activités traditionnelles d'extorsion de fonds.
Totò Riina voulut prendre les commandes de ce trafic et entra dans une guerre avec les autres familles de la Mafia.

À la fin des années 1970, Riina organisa les meurtres d'un certain nombre de hauts fonctionnaires, tels que des juges, des procureurs ou des carabiniers.
En plus d'intimider l'État, ces assassinats servirent également à porter un coup aux rivaux des Corleonesi. Les parrains de beaucoup de familles de la Mafia étaient souvent médiatisés, débattant avec des politiciens et des maires, se protégeant par des relations plutôt que par la violence.

En revanche, Riina, Provenzano et n'importe quel Corleonesi étaient des fugitifs, se cachant toujours, rarement vus par d'autres truands et encore moins par le public.

En conséquence, lorsqu'un policier ou un juge était tué c'était les familles les plus médiatisées de la Mafia qui étaient le sujet de toutes les investigations officielles, les assassinats étant de plus volontairement commis dans leurs territoires.